La page officielle du groupe

les Odds


  Groupe de la seconde moitié des années 60, le groupe des Odds n'a pas tardé à se singulariser parmi les nombreuses formations de la Vieille Capitale.

Les membres des Odds étaient :
Daniel Auger (guitare, voix)
Paul Bergeron (guitare, voix)
Gylls Desrochers (batterie, voix)
Michel Tremblay (basse, voix)


  Après plusieurs mois de pratique, au sous-sol de la Caisse populaire Saint-Dominique, dans le quartier Montcalm, les Odds se montrent enfin en public à l'automne 1967, au bar le Canari, situé à Notre-Dame des Laurentides, mais ils nâont pas l'occasion de terminer ce premier spectacle !

Considérés comme très bruyants, voire un peu dérangeants avec leurs accoutrements à l'allure plutôt psychédélique, ils trouveront bientôt leur niche au Puff Club, la boîte dans le... vent, animée par nul autre que Guy Thivierge, l'hôte hebdomadaire de l'émission Allez-4. Leurs mises en scène autant que leurs costumes en font un groupe à part, fortement influencé par les Beatles au plan musical, mais dont la présence rappelle plutôt le côté exhubérant des Who ou des Sinners.

Dès leurs premiers passages au Puff Club, ils sont remarqués par le producteur Bob Chamberland qui leur propose de graver un premier 45 tours pour sa nouvelle étiquette, Loir. L'enregistrement se fait lors d'une séance réservée aux groupes reliés à ce jeune impresario. S'y retrouvent à la fois les Odds, les Stratones et les Gants Blancs, chacun devant graver ses deux enregistrements avant la fin de cette journée. Les Odds y enregistrent deux pièces originales: Ann et Câest leur vie. Sur cette dernière, le mélomane averti reconnaîtra le son de la fameuse B-3 de Gerry Boulet, qui était justement l'organiste et chanteur des Gants Blancs. Mais ce 45 tours, est leur seul souvenir sonore, tout comme les autres mis en boîte ce jour-là, il est devenu une véritable rareté, accessible à de rares collectionneurs.

Outre leurs quelques compositions, les Odds se consacrent surtout au répertoire des groupes britanniques, comme on le devine. Mais à partir de 1968, leurs interprétations s'allongent démesurément, en même temps que leurs cheveux. Leur inspiration s'abreuve alors davantage aux nouveaux groupes que sont Cream, Vanilla Fudge ou les Doors.

Au même moment, leur château-fort passe de la Tour, site du fameux Puff Club, au Temple, une des premières discothèques underground du Vieux-Québec, située à l'emplacement actuel de Chez son Père. C'est là que Daniel expérimente pour la première fois une pédale wah-wah, accédant par le fait même au statut de guitariste semi-hendrixien.

1969 marque le moment d'une autre mutation importante au sein des Odds. Le départ de Jacques fait du groupe un véritable power trio, à la façon des nouveaux groupes déjà cités. Un peu plus tard, un nouveau chanteur viendra s'ajouter en la personne de Pierre Parisi, du groupe Agatha. Cet été-là, les quatre Odds se retrouvent, par des chemins séparés, à un événement qui allait s'avérer marquant dans l,histoire de la musique et de la génération d'après-guerre: le week-end historique de Woodstock!

Le groupe survit encore un an à cet événement mythique et, suite à sa dissolution à l'automne 1970, plusieurs des membres se retrouvent, ensemble ou séparément, au sein de nombreuses autres formations: Lamplight, Hors Saison, Music Gamick, Vol de Nuit, Track, Tchouick, Beatles Forever... puis, Apple Band.

Lâhistoire complète des Odds a été racontée dans la revue Rendez-vous 95, dont les coordonnées figurent un peu plus loin sur ce site.


Cliquez sur les images que vous désirez agrandir


| Retour à la liste des groupes |