La page officielle du groupe

les Zeniths


  Le groupe débuta à l'été 1964.
Il était composé de jeunes résidents de Saint-Rodrigue, une paroisse de Charlesbourg:

Pierre Plante (guitare)
Jacques Pépin (saxophone)
Pierre Bédard (guitare, orgue)
Robert Gingras (batterie)
Alain Labrecque (basse)


  Pierre Plante et un de ses amis, Jacques Pépin, songent déjà à former un groupe quand ils contactent Pierre Bédard pour tenter de concrétiser leur projet.

Ils décident donc de recruter dâautres membres et passent des auditions pour trouver un batteur. Après quelques soirées en compagnie de Guy Langlois, ils choisissent finalement Robert Gingras, un ancien des Dolmens, tout comme son collègue bassiste du nom dâAlain Labrecque.

Dès le début, ils donnent une place prépondérante au répertoire des Beatles, qu'ils complètent par certains morceaux de Dave Clark 5, Hermanâs Hermits et dâautres groupes de l'invasion britannique, de préférence.

Leurs salles de prédilection sont le Centre Durocher, le Centre Monseigneur-Marcoux et, sur la rive-sud, le Centre Monseigneur-Déziel à Lévis. Ils ne sâéloignent pas trop vers lâextérieur, mais sont souvent de la partie quand il y a un Jamboree annoncé. Ils participent, entre autres, au fameux Festival dâorchestres yé-yé du 2 janvier 1966, au Centre Monseigneur-Marcoux. Parmi une douzaine de groupes en compétition, ce sont les Zéniths qui se méritent le prix fabuleux dâun enregistrement de 2 pièces, sur 45 tours !

Auparavant, un de leurs premiers exploits fut dâêtre choisis pour faire les frais de la musique à la messe de minuit en l'église Saint-Rodrigue, à Noël 1965.

Sur ce 45 tours, ils gravent leurs propres versions de Girl des Beatles, sous le titre Seul et de la chanson Louie Louie des Kingsmen. Ce disque leur permet de participer à plusieurs émissions télévisées, comme Surboum, Teen-Club, Alley 4 et lâémission du midi à Télé-4, intitulée Le Palmarès. À ce moment-là, Pierre Bédard se procure un orgue Farfisa, de modèle Combo Compact.

Un peu plus tard, pour mieux rendre les nouvelles sonorités des succès du rhythm & blues, de plus en plus populaire, les Zéniths augmentent leur équipage. On retrouve bientôt Fernand Gallichand au deuxième saxophone, puis Pierre Miller à la trompette, bientôt remplacé par Richard Grenier. C'est le temps du répertoire de James Brown, Otis Redding, Wilson Picket... Fin 1967, un troisième saxophoniste, Denis Tremblay, rejoint les Zéniths, ce qui porte le nombre de musiciens à huit!

Ce sommet dans leur carrière dure environ un an et est suivi, hélas, de la lente désintégration du groupe, hâtée par le besoin inévitable de choisir, au terme de leurs études, ce qu'ils vont faire dans la vie... ! Au printemps 1969, ils remplissent leur dernier contrat à la salle Le Bourgeois, sur la 1e Avenue (futur cabaret Saint-Charles).

Un peu plus tard, certains membres reviennent à la musique mais celle-ci redeviendra, après un certain temps, un simple passe-temps.


L'histoire complète des Zéniths a été racontée dans la revue Rendez-vous 97, dont les coordonnées figurent un peu plus loin sur ce site.




RETOUR À LA LISTE DES GROUPES