DAMPIER, William

William DAMPIER : flibustier anglais (East Coker, Somersetshire, 1651 - Londres, mars 1715).

Fils de métayer, il passa à la postérité grâce à la publication de la relation de ses voyages dans la mer des Antilles, dans le Pacifique et l'océan Indien: il se démarqua par la description minutieuse des terres et des ports visités, de leurs populations, de leur faune et de leur flore. Destiné d'abord à une carrière dans le commerce, il choisit, en 1669, celle de marin. Ses premiers voyages le conduisirent à Terre Neuve puis à Bantam, en Indonésie. En 1673, il s'engagea dans la marine royale et participa aux deux batailles de Schooneveld contre les Néerlandais. Tombé malade, il alla se rétablir à East Coker, où il accepta l'offre du colonel William Hellyer d'assister le régisseur de la plantation qu'il possédait à la Jamaïque. Une fois sur place, il se brouilla avec son supérieur, puis il devint marin sur des barques qui faisaient la traite autour de l'île. En septembre 1675, il s'embarqua avec Charles Hadsell, ancien flibustier, qui allait charger du bois de teinture dans la baie de Campêche, où, dès février 1676, il retourna pour y exercer pendant deux ans le métier de bûcheron et de flibustier. De retour en Angleterre (août 1678), il y épousa une femme au service de la duchesse de Grafton, puis il repartit à la Jamaïque pour y faire du négoce. Une fois ses marchandises écoulées, il joignit la flotte du flibustier John Coxon avec lequel il participa à la première expédition en mer du Sud. De mai 1680 à avril 1681, il servit sous les ordres de Bartholomew Sharpe à bord de la Holy Trinity, puis il retourna par le Panama dans la mer des Antilles, où il poursuivit sa carrière de flibustier avec le capitaine William Wright jusqu'en juin 1682. Il séjourna ensuite plus d'un an en Virginie d'où il repartit en course (septembre 1683) pour la mer du Sud. Jusqu'en septembre 1685, il servit à bord du Batchelor's Delight, sous les ordres de Cook puis de Davis. Il joingnit ensuite, au au Nicaragua, l'équipage du Cygnet, capitaine Swan, qui traversa le Pacifique. Après un long séjour au Philippines, il fut l'un de ceux qui, en janvier 1687, sous la conduite de John Read, se mutinèrent contre leur capitaine et l'abandonnèrent à Mindanao. En mai 1688, il quitta le Cygnet aux îles Nicobar, puis après une longue maladie, il fit un voyage de traite jusqu'à Tonquin avec le capitaine Welden (juillet 1688 à avril 1689), puis il servit comme canonnier au fort anglais de Benkulen (Sumatra) jusqu'en janvier 1691. Arrivé en Angleterre en septembre, il ne rapporta de ses douze ans d'absence qu'un Malais tatoué qu'il exhiba dans les foires et qu'il dut vendre pour subsister. En août 1693, il s'engagea à Bristol comme second maître sur le Dove, l'un des navires armés par le banquier londonien Sir John Houblon pour commercer avec l'Amérique espagnole. En mai 1694, à la Corogne, en Galice, où l'expédition fut retenue par les autorités espagnoles, les marins se mutinèrent à cause du non-paiement de leurs gages, et les plus désespérés sous le commandement d'Henry Every s'emparèrent du navire-amiral pour aller pirater en mer Rouge. Dampier futt l'un de ceux qui demeurèrent sur place jusqu'à l'expiration de leur contrat (février 1695) puis rentrèrent en Angleterre pour intenter une poursuite civile contre leurs armateurs. En janvier 1696, la Haute Cour de l'amirauté les déboutèrent leur action sous prétexte qu'ayant participé à la mutinerie, ils avaient rompu leur contrat avec leur employeur. En novembre 1696, Dampier fut appelé comme témoin lors du procès pour piraterie de six de ses anciens camarades qui avaient suivi Every, et en janvier suivant, il contribua à la caution de l'un d'eux. Au printemps 1697, il publia son New Voyage Round the World, qui connut un succès immédiat. Cette même année, il obtint un emploi aux Douanes de Londres, et il comparut, devant le Comité du commerce et des plantations, pour témoigner de la géographie du Panama et des routes maritimes dans l'océan Indien. À la demande de son éditeur James Knapton, il produisit un second volume de ses aventures, contenant notamment la relation de ses deux voyages à Campêche et un traité des vents et des courants. Présenté au premier lord de l'Amirauté, le comte d'Orford, il obtint le commandement du Roebuck pour faire un voyage d'exploration vers la Nouvelle-Hollande (Australie), avec lequel il appareilla en janvier 1699. En revenant, il échouea son navire à l'île de l'Ascension, et à son retour, il fut traduit en cour martiale pour cruauté envers ses hommes, et en juin 1702, jugé indigne de commander un navire du roi, il fut condamné à une amende. L'année suivante, il publia une relation de cette expédition, son troisième et dernier livre. En 1703, il reçut le commandement du corsaire Saint George, avec lequel il fit une expédition désastreuse en mer du Sud. Après avoir fait quelques prises le long des côtes de l'Amérique espagnole, il subit une mutinerie, traversa le Pacifique, puis aborda une colonie néerlandaise où ses biens furent saisis et lui-même emprisonné pendant quelques mois. Fin 1707, il rentra finalement en Angleterre, mais dès l'année suivante, il s'embarqua comme pilote avec le capitaine Woodes Rogers pour un autre voyage de course en mer du Sud jusqu'en octobre 1711, entreprise qui se révéla un franc succès avec un butin de 170 000£.

DANIEL

DANIEL : flibustier anglais.

En 1681, il était membre de l'équipage du capitaine John Williams, lequel croisait sous commission du gouverneur de Saint-Domingue pour prendre sur les Espagnols. À l'été 1682, lorsque Williams fut dépouillé de son commandement par leur compagnie, Daniel lui succéda comme capitaine du ketch anglais qu'ils avaient repris sur les Espagnols quelques mois auparavant. De la Virginie où leur compagnie s'était retirée, il se rendit ainsi en Nouvelle-Angleterre, puis il retourna aux Antilles. Probablement au cap Catoche, il joignit la flotte commandée par Van Hoorn et De Graffe sous les ordres desquels il participa à la prise de la Vera Cruz (mai 1683). À la suite de cette entreprise, il suivit Grammont et Jacob Hall en Floride puis aux Bahamas. Il perdit alors son petit bâtiment dans une tempête, mais ses hommes et lui furent repêchés par un bâtiment de la Virginie : une partie de son équipage rallia ensuite l'île New Providence, dans les Bahamas.

DAVIOT, François

François DAVIOT : flibustier français (mort au large de la Jamaïque, juin 1692).

Alors l'un des meilleurs capitaines corsaires de Saint-Domingue, il commanda en chef (juillet 1690) les flibustiers de cette colonie lors de la prise de Santiago de Los Caballeros sous le commandement général du gouverneur Cussy. En 1692, à la tête de deux bâtiments et d'environ 300 hommes, il fit descente à la Jamaïque et pilla le bourg de Saint Anne : ce raid coïncida avec le tremblement de terre qui dévasta Port Royal. Ce même mois, à la hauteur de Cuba, Daviot livra bataille à trois bâtiments anglais, trouvant la mort lors de l'explosion du sien.

DAVIS, Edward

Edvardt DAVID : flibustier néerlandais (vers 1651 - après 1700), connu en anglais sous le nom d'Edward DAVIS.

En 1681, il était membre de l'équipage de Yankey. L'année suivante, à l'île à Vache, il s'associa avec Cook et d'autres Anglais lorsqu'ils dérobèrent la barque longue du capitaine Tristan. Sous les ordres de Cook, il fut quartier-maître à bord du Revenge puis du Batchelor's Delight. En juillet 1684, au décès de Cook, au Costa Rica, il le remplaça comme capitaine. Il forma d'abord une association avec le pirate Eaton, puis avec Charles Swan et Peter Harris, avec qui il tenta de prendre, en décembre, Guayaquil. Rejoint dans le golfe de Panama par plusieurs centaines de flibustiers commandés par Townley et Grogniet venus par terre des Antilles en avril 1685, il devint amiral des flibustiers en mer du Sud. Après l'affrontement contre la flotte de Panama, et la rupture avec les Français de Grogniet, il s'empara, en août, à la tête de près de 500 hommes, de la ville de León (Nicaragua), puis du bourg de Realejo, n'y prenant que des vivres et des fournitures navales. Aussitôt après cette expédition, il se sépara d'avec Swan et Townley et, ayant sous ses ordres les capitaines William Knight et Harris, et quatre bâtiments, leurs équipages étant minés par la maladie, il dut faire une longue escale à Amapalla (Honduras). Passant ensuite aux Galapagos, il gagna le Pérou où il entreprit de piller systématiquement les bourgs du littoral. Il débuta, en février 1686, par la prise de Sechura, et dès le mois suivant, à Saña, il fit le meilleur butin de son voyage, soit plus de 300 000 pièces de huit en monnaie et joyaux. Ensuite ce fut au tour de Paita, où il captura deux navires espagnols, dont un chargé d'esclaves. Après cette prise, il autorisa 40 de ses hommes à retourner aux Antilles par le Panama, puis il continua à mettre la côte à feu et à sang: en mai, il pillait Huacho et Huaura, et en juin Pisco, Nasca puis Coquimbo. Il relâcha ensuite à l'île Juan Fernández, ayant amassé un butin de 5000 pièces de huit par tête. Laissant Knight retourner aux Antilles par le sud, il fut contraint par plusieurs de ses hommes, qui avaient perdu leurs parts au jeu, à continuer la course. En décembre, avec les 70 flibustiers qu'il lui restait, il remonta vers le nord et pilla au passage, en février 1687, Arica, puis, en mai 1687, il arriva devant Guayaquil, qui venait d'être prise par son ancien associé Grogniet. À la fin de l'année, il retourna dans l'Atlantique avec le Batchelor's Delight par le cap Horn. Aux Antilles, avec quelques uns de ses hommes, il s'embarqua avec le capitaine Edwin Carter, de la Barbade, qui les mena en Pennsylvanie. En mai 1688, en compagnie de deux de ses hommes, Lionel Wafer et John Hingson, il se rendit en Virginie où tous trois espéraient obtenir un pardon, mais ils furent arrêtés par le capitaine Simon Rowe, de la frégate royale Dumbarton, puis dépouillés de leur butin et emprisonné à Jamestown par le gouverneur Howard of Effingham. En août 1690, les trois hommes obtinrent la permission d'aller en Angleterre pour défendre leur cause. En février 1691, étant en Londres, selon un informateur, Davis et Wafer auraient tenté d'obtenir la protection de la France. Enfin, en mars 1692, le roi William III ordonna que leur butin leur soit restitué, à la réserve de 300£ destinés à la fondation, en Virginie, du College of William and Mary. En août 1693, il est qualifié de marchand résidant à Londres, dans la paroisse de Saint Matthew, où il épousa Jane Roberts, âgée d'environ avec le consentement des parents de celle-ci, et ce fut Wafer, qui obtint pour le couple une licence de mariage auprès du vicaire général de l'archevêché de Canterbury. Par la suite, Davis serait devenu l'un des pirates de la mer Rouge avant de revenir en Nouvelle-Angleterre avec William Kidd. Plus sûrement, en août 1702, il s'embarqua à la Jamaïque comme volontaire avec le capitaine Brown, qui alla piller l'Espagnol à la côte de Carthagène et dans l'Isthme de Panama avec l'aide des Indiens du Darien. En 1704, une relation de cette dernière expédition, dont l'auteur était Davis lui-même, fut publiée comme supplément d'une nouvelle édition des voyages de son vieux camarade Dampier.

DEANE, John

John DEANE : flibustier anglais.

À la fin de 1675, il était maître à bord du Saint David, prise espagnole armée en course sous commission française à la Jamaïque. Dans les premiers mois de l'année suivante, il reçut de Thomas Paine, commandant alors le Saint David, l'ordre de s'embarquer sur le ketch John's Adventure réquisitionné de force par les flibustiers aux côtes du Venezuela pour porter une partie de leur butin en cacao à la Jamaïque. À leur arrivée dans cette colonie, début avril 1676, le John's Adventure fut saisi par le gouverneur Vaughan, lequel, sur la plainte du maître du ketch, fit arrêter Deane et, quelques semaines plus tard, celui-ci était condamné à mort. Cependant, en octobre, Deane fut gracié par Vaughan, parce que le procès du flibustier n'avait pas été fait dans les formes.

DE GRAFFE, Laurens

Laurens Cornelis Baldewynszoon DE GRAAF : marin néerlandais (Dordrecht, Hollande, vers 1654 - Cap Français, 24 mai 1704), naturalisé français sous le nom de Laurens DE GRAFFE.

Ce marin hollandais se fixa à Santa Cruz, sur l'île de Tenerife, l'une des Canaries avant 1674, année de sa conversion au catholicisme et de son mariage avec une résidente de l'endroit, Francisca Petronila de Guzman. Il était alors à l'emploi d'un prospère armateur de Tenerife, Juan Rico de Moya, qui commandait des navires faisant le commerce entre les Canaries et les colonies espagnoles d'Amérique. Il était maître-canonnier du navire de Rico lorsque celui-ci fut saisi à la Havane en août 1676 pour contrebande. À la fin de la même année, ayant trouvé un nouvel emploi sur un autre navire espagnol, il fut capturé au Honduras par des flibustiers de Saint-Domingue, dont il devint l'un des leurs, puis l'un de leurs chefs. En qualité de capitaine flibustier, il commanda d'abord de petits bâtiments puis, au début de 1679, une barque longue, avec laquelle il participa à une descente dans les environ de Puerto Principe (Cuba) sous les ordres du sieur de Grammont. L'année suivante, il s'associa avec le capitaine anglais Coxon et quelques autres, tentant ensemble une descente en amont de la rivière Atrato, dans le golfe d'Uraba. Dans la première moitié de 1681, il s'empara, à la côte de Carthagène, du Tigre, un vaisseau néerlandais de 28 canons, qu'il conserva pour son usage. En juillet, au commandement de cette prise, il parvint à semer, parmi les cayes du sud de Cuba, la frégate royale Norwich envoyé par le gouverneur de la Jamaïque pour le capturer. L'année suivante, ayant croisé plusieurs mois aux côtes de cette île, il y apprit que la Francesa, l'un des vaisseaux de l'Armada de Barlovento, allait partir sans escorte du port de la Havane avec les subsides pour les garnisons des ville de San Juan de Puerto Rico et de Santo Domingo. En août, au large de Puerto Rico, il s'emparait de ce navire qu'il conduisit à la côte de Saint-Domingue où le gouverneur Pouancey le jugea de bonne prise. En novembre, il en repartait pour une nouvelle expédition dans le golfe des Honduras, montant lui-même sa nouvelle prise La Française et étant accompagné de Michel Andresson, auquel il avait donné le commandement du Tigre, et de François Lesage commandant une barque longue. Rejoint à Roatan, aux Honduras, par Nicolas Van Hoorn et d'autres capitaines, il participa en leur compagnie, en mai 1683, à la prise de Veracruz, ayant le titre d'amiral, soit de commandant en second, juste après Van Hoorn. S'étant querellé avec ce dernier, il le blessa lors d'un duel, puis il rentra au Petit-Goâve (Saint-Domingue) avec la majorité des capitaines qui avaient pris part à l'expédition. Avant la fin de l'année, il se retrouvait à la tête d'une petite flotte qui alla croiser à la côte de Carthagène, où elle défit trois vaisseaux de guerre espagnols. Il conserva la plus grosse de ces prises pour son usage, la rebaptisant Le Neptune. Avec ce nouveau vaisseau, il se rendit aux Honduras puis au sud de Cuba où, en avril 1684, il capturait un autre petit vaisseau espagnol. Confiant alors le Neptune à son maître Brouage avec ordre de croiser devant La Havane avec leur associé Andresson, il retourna le Petit-Goâve où le nouveau gouverneur Cussy le retint plusieurs mois pour garder les côtes de la colonie. Il en appareillait toutefois en décembre à destination de la côte de Caracas où il retrouva le Neptune sur lequel il se rembarqua. Cependant, en février 1685, environ le tiers de sa compagnie, qui comptait alors presque 300 hommes, le quitta pour passer à la mer du Sud. En juillet de la même année, il commanda en second, sous les ordres de Grammont, la prise de Campêche, après laquelle il se sépara d'avec lui. En septembre, au large du cap Catoche, il parvint à échapper à deux vaisseaux de l'Armada de Barlovento. Après diverses courses aux Honduras et à la côte de Carthagène où il perdit le Neptune qu'il remplça par la capture de quelques petits navires espagnols, il rentra finalement (septembre 1687) à Saint-Domingue où il l'attendait un poste de major pour le roi. Envoyé pour commander à l'île à Vache par Cussy, il s'y distingua en luttant contre les forbans, mais en encourageant aussi discrètement les armements de certains flibustiers qui avaient servi sous ses ordres. À la veille de la guerre de la ligue d'Augsbourg, il tenta d'exploiter l'épave d'un riche galion espagnol perdu sur les Serenillas, mais il en fut chassé par des Anglais. Promu lieutenant de roi au Cap Français en 1691, il participa notamment à l'attaque de la Jamaïque (1694) commandée par le gouverneur Ducasse. Démis de son poste pour avoir fait piètre figure lors de l'invasion anglo-espagnole en 1695, il n'en fut pas moins fait officier de la marine royale puis chevalier de l'ordre de Saint-Louis. Il se retira sur sa plantation au Cap, servant à l'occasion de pilote aux vaisseaux du roi en station à Saint-Domingue. Il avait épousé en secondes noces Marie-Anne Dieuleveult qui lui donna trois enfants.

Pour en savoir plus, voir le texte : Les débuts de la carrière de Laurens De Graffe (1674-1679) .

DELANDER, Robert

Robert DELANDER : marin anglais.

Ayant été démâté par une tempête à la côte est de Cuba en octobre 1664, il vit son bâtiment confisqué par le gouverneur de La Havane auquel il avait demandé assistance. Ses hommes et lui furent ensuite envoyés comme prisonniers à Séville où ils furent détenus neuf mois. De retour en Angleterre, il repassa à la Jamaïque et s'engagea comme volontaire dans la flotte de Henry Morgan. En 1670, il fit parti des chefs flibustiers, qui, à l'île à Vache, décidèrent en conseil de la prise de Panama. En janvier 1671, Delander reçut l'ordre de l'amiral Morgan de garder avec 200 hommes les canots des flibustiers qui quittèrent la rivière Chagres pour continuer à pied jusqu'à Panama.

DELISLE

DELISLE : flibustier français (mort en mer vers 1660).

À la fin mars 1660, sous la commission du gouverneur Watts, il prit et pilla Santiago de los Caballeros à la tête de 400 aventuriers de l'île de la Tortue. Dutertre affirme qu'à la suite de cette entreprise, il prit passage pour l'Europe sur un navire anglais dont le capitaine le jeta par-dessus bord pour s'emparer de ses richesses.

DELINCOURT, Zachariah

Zachariah DELINCOURT : marin néerlandais.

Commandant la frégate The Bridget, il reçut en juin 1663 une commission du gouverneur de la Jamaïque pour prendre sur les Espagnols par droit de représailles.

DEMPSTER, Edward

Edward DEMPSTER : flibustier anglais (mort à la Jamaïque, vers 1670).

En 1667, ce capitaine jamaïquain, commandant la frégate The Relief, reçut du gouverneur Modyford une commission pour prendre sur les Espagnols. Il s'empara ensuite du vaisseau Nuestra Señora de la Concepción y San José, chargé de bois de Campêche. Il mena cette prise à Port Royal où elle lui fut adjugée par une cour de l'Amirauté le 7 septembre de la même année : la Nuestra Señora, rebaptisée The Crescent, fut ensuite achetée par Hender Molesworth et d'autres marchands jamaïquains. À la fin de 1668, sous une autre commission du gouverneur Modyford, il commanda une petite flotte de flibustiers, comptant environ 300 hommes, avec laquelle il croisa entre La Havane et le golfe de Campêche. Il joignit ensuite, à l'île à Vache, la flotte de Henry Morgan sous les ordres duquel il participa à l'entreprise de Maracaïbo (1669).

DESENNE, Jacques

Jacques DESENNE : marin français orginaire de Dieppe.

Commandant la Bonaventure armée en course et en traite à Dieppe, il assista divers navires anglais au cours de ses voyages dans la mer des Antilles, ce qui lui valut d'obtenir, en février 1653, une licence du Conseil d'État du Commonwealth pour commercer avec la partie anglaise de l'île Saint-Christophe. En avril 1654, il assista aux délibérations du conseil municipal de Dieppe lors de la lecture des lettres patentes de la cession de Saint-Christophe à l'ordre de Malte. En février 1656, il reçut du gouvernement anglais une seconde licence, similaire à la première, pour aller commercer à la Jamaïque, récemment conquise sur les Espagnols. Peu de temps après, il appareillait de Dieppe, d'abord à destination des Petites Antilles françaises. En juillet, il se trouvait dans le port jamaïquain de Cagway, où il voyait sa licence anglaise par le colonel D'Oyley et l'amiral Goodson. En octobre 1657, étant en Angleterre, il sollicita le renouvellement de sa licence afin de pouvoir commercer sans interruption avec la Jamaïque, ce qui lui fut accordé le même mois. En décembre, il était à Dieppe où il recruta des engagés pour Saint-Domingue en prévision d'un autre voyage en Amérique. En mai 1659, à la Jamaïque, il acheta pour 400£ le navire flessinguais De Nieuw Tuin, capturé par le capitaine John Lloyd, commandant le navire de Commonwealth The Diamond, ainsi que sa cargaison de cuirs de boeuf et de résine, laquelle il revendit au gouvernement jamaïquain contre du cacao. Fin septembre, il appareillait de Cagway, portant un congé du gouverneur D'Oyley pour le Nieuw Tuin qu'il avait rebaptisé La Bonaventure.

DESLANDES, le sieur

Jacques YVON, alias DESLANDES : colon et officier français (Lude, Sarthe, 1645 - Léogane, 23 septembre 1698).

Issu d'une famille de robe, il s'établit à Saint-Domingue (vers 1661), où il vint sans doute avec d'Ogeron : il fut l'un des premiers habitants de Léogane où il devint, en 1670, major de milice. Ayant participé à plusieurs expéditions de flibuste, il acquit de nombreuses plantations à Léogane où il monta (1680) la première sucrerie de la colonie. Nommé major pour le roi du quartier de Léogane (1685) et procureur général du Conseil des habitants avant la création du Conseil Supérieur, il y devint par la suite lieutenant de roi (1695). En 1691, il repoussa une attaque des Anglais contre le bourg de l'Ester. Au début de 1697, il gouverna la côte Saint-Domingue en l'absence du gouverneur Ducasse, parti à Cartagena. En 1684, il avait épousé Marie Ciret, veuve Pellé, qui lui donna deux enfants qui moururent en bas âge.

DESMARAIS

DESMARAIS : flibustier français.

En février 1685, il prit la tête des 118 hommes de la compagnie du capitaine Michel Andresson, qui se séparèrent de celui-ci et se débarquèrent de la Mutine à l'île d'Or pour tenter leur chance en mer du Sud en passant par l'isthme de Panama, ce qu'ils firent en joignant les capitaines Rose et Le Picard et les hommes de ceux-ci.

DEW, George

George DEW : flibustier anglais.

En 1686, il succéda à Townley comme chef de l'une des bandes de flibustiers anglais de la mer du Sud. En avril 1687, il commanda, avec les capitaines Grogniet et Le Picard, les aventuriers de la mer du Sud qui pillèrent Guayaquil. Étant retourné aux Antilles par les Honduras, il servit, lors de la guerre de la ligue d'Augsbourg, comme capitaine corsaire aux Bermudes, croisant de conserve avec le capitaine Thomas Tew en 1692. Trois ans plus tard, il vivait toujours aux Bermudes.

DIEGO

Les deux capitaines Diego : flibustier mulâtre ou métis d'origine espagnole.

Il y eut deux capitaines flibustiers prénommés Diego, tous deux originaires de l'île de Cuba. Le premier portait le nom de Diego de Los Reyes, connu également sous le nom de Diego Lucifer, qui était un mulâtre de La Havane, qui servit les Néerlandais à partir de 1632, et devint capitaine d'un bâtiment corsaire trois plus tard. Il disparaît vers 1644. Quant au second, il s'appelait Diego Molina. Il était un métis de la ville Bayamo, qui joignit les flibustiers de la Jamaïque à compter de 1660, et devint lui-même capitaine vers 1668 et servit les Français de la Tortue, qui le connaissaient sous le nom du capitaine Diègue ou Moulin.

Pour en savoir plus, voir ces deux textes :

DIEULEVEULT, Marie-Anne

Marie Anne DIEULEVEULT : aventurière française (Normandie, 1654 - Saint-Domingue, 1710).

Venue à Saint-Domingue sur l'un des navires d'engagées du gouverneur Ogeron, elle y épousa Pierre Lelong. Deux fois veuve, elle provoqua en duel Laurens De Graffe, qui l'avait apparemment insultée. Laurens jugea l'amazone digne de lui et en fit sa femme (23 mars 1693), après avoir obtenu l'annulation de son premier mariage. En 1695, lors de l'invasion anglo-espagnole, elle fut capturée par les Espagnols. Emprisonnée à Santo Domingo, elle se révéla une captive difficile et ne fut libérée qu'en 1698. De Graffe l'amenait même en mer avec lui: une part du butin lui aurait même été réservée par l'équipage qui la considérait comme une sorte de mascotte. Elle lui avait donné trois enfants: un garçon qui mourut en bas âge et deux filles dont l'aînée, Marie-Catherine, épousa M. de Songé, et la cadette qui mena vie dissolue au Cap. Marie-Anne et ses deux filles entrèrent en possession de la succession De Graffe le 9 décembre 1705.

DOBSON, Richard

Richard DOBSON : marin anglais (mort vers 1672).

À la fin de 1663, il se trouvait aux côtes de Cuba en compagnie du capitaine John Morris, à l'équipage duquel il appartenait peut-être. Conjointement avec Morris, il fit ensuite (février 1664) une déposition concernant l'assassinat par les Cubains du capitaine Riou, devant le gouverneur adjoint de la Jamaïque. Quelques années plus tard, en 1668, il commandait un corsaire et fut ainsi l'un des capitaines de Henry Morgan lors de l'expédition de Maracaïbo (1669). Environ deux ans plus tard, il participa à l'entreprise de Panama, toujours les ordres de Morgan, commandant la Fortune, de 25 tonneaux et six canons.

D'OYLEY, le colonel Edward

Edward D'OYLEY : officier anglais (1617 - 1675).

Il était le lieutenant-colonel du régiment personnel du général Venables lors du Western Design (1654-1655). À la Barbade, il fut nommé par son chef colonel du régiment de volontaires levés par le colonel Lewis Morris, un planteur de cette île, pour se joindre à l'expédition. À la mort du major-général Fortescue, il fut choisi comme commandant en chef par intérim des troupes du Commonwealth à la Jamaïque. Il assura de même l'intérim du gouvernement de l'île aux décès des commissaires civils Sedgewick et Brayne. Il empêcha notamment (1657-1658) les Espagnols de reprendre la Jamaïque où il attira les premiers flibustiers. Confirmé comme gouverneur général de la Jamaïque à la Restauration de la monarchie, il reçut l'ordre du roi Charles II de proclamer la fin des hostilités avec l'Espagne en Amérique. Il retourna en Angleterre en 1662.

DRAGEON-DUPUY, Jean

Jean DRAGEON-DUPUY : colon français (mort au Petit-Goâve, 10 août 1687).

Capitaine de milice au Petit-Goâve, il devint le premier procureur général du Conseil Souverain du Petit-Goâve (1685). Son épouse, qui était enceinte, et lui comptèrent parmi la poignée d'habitants du fort du Petit-Goâve qui furent massacrées par une bande de 85 Espagnols, montant un brigantin et une pirogue : ces assassins furent contraints de se retirer dans le fort et les Français en tuèrent ou en pendirent ensuite une soixantaine.

DUCASSE, Jean-Baptiste

Jean DUCASSE : marin français (Pau, vers 1650 - Bourbon-l'Archambault, 25 juin 1715).

Fils de Jacques Ducasse et de Judith Rémy, il débuta sa carrière en mer début comme écrivain à bord d'un vaisseau de la Compagnie des Indes occidentales. En janvier 1673, commandant Cerf-Volant, de Dieppe, armé par le banquier rouennais Pierre Formont, il appareillait de La Rochelle à destination des Antilles, mais il fut capturé par les Néerlandais et son navire amené à Curaçao où il fut jugée de bonne prise. En juillet 1676, lors d'un voyage à Saint-Domingue, les deux navires qu'il commandait et lui appartenait sont pris par les Néerlandais. Pour le compte de la Compagnie du Sénégal, dont il devint l'un des directeurs, il fit deux voyages en Afrique occidentale (1677 et 1678), se signalant notamment par la prise et la destruction du fort néerlandais d'Arguin. La paix venue, il obtint la permission d'armer des navires pour faire la traite négrière, faisant entre autres personnellement un voyage qui le conduit à Saint-Domingue en 1680. À la suite de l'édit de Nantes (1685), étant de confession protestante, il adjura sa religion et se convertit au catholicisme. En 1686, il entra dans la marine royale avec le grade de lieutenant de vaisseau. En 1688, commandant le navire du roi La Tempête, il fait une croisière d'exploration aux côtes d'Afrique occidentale, recueillant de précieuses informations sur le commerce négrier. Au début de la guerre de la Ligue d'Augsbourg, promu capitaine de frégate, montant cette fois le vaisseau Le Hasardeux, loué au roi pour la course par le marquis de Seignelay, il alla croiser vers le Cap Vert et tenta sans succès d'enlever Surinam aux Néerlandais. En août 1689, au retour de cette expédition, il contribua à la reprise de l'île Saint-Christophe aux Anglais, et en janvier 1690, il s'illustra encore contre ces derniers qu'il chassa des îles Saint-Barthélémy et Saint-Martin. En avril 1691, il dirigea un convoi qui appareilla de France pour aller ravitailler la Martinique. Cette même année, il se rendit à Saint-Domingue et arrivant à Léogane au mois d'août, il apprti sa nomination au poste de gouverneur de la colonie à la suite du décès de Cussy. En cette qualité, il encouragea les descentes des flibustiers contre la Jamaïque et s'imposa rapidement comme le principal armateur en course de Saint-Domingue. En 1694, il prit lui-même la tête d'un expédition contre la Jamaïque. En 1697, il seconda le baron de Pointis lors de l'expédition de Cartagena comme commandant des flibustiers et habitants de Saint-Domingue. Au retour de la prise de cette ville, il faillit être capturé par les Anglais qui firent descente au Petit-Goâve. Cette même année, il fut nommé chevalier de Saint-Louis. Une fois la guerre terminée, il fonda avec onze associés la Compagnie de Saint-Domingue pour coloniser le sud-ouest de l'île Hispaniola. Étant repassé en France, Ducasse fut promu chef d'escadre des armées navales (1701) et, pendant la guerre de succession d'Espagne, il commanda des divisions navales aux Antilles, avec mission d'escorter les flottes espagnoles, pour les protéger des Anglais. Il remplit si bien sa mission qu'il fut élevé au grade de lieutenant général des armées navales (1707) par le roi de France et fait chevalier de la Toison d'Or par celui d'Espagne. À Madrid le 27 août 1701, il avait signé le traité qui donnait l'«Asiento de los Negros» à une nouvelle Compagnie du Sénégal. Il avait épousé dans les années 1680 Marthe Baudry, qui appartenait à une grande famille marchande de la ville de Dieppe.

DUCHESNE

DUCHESNE : flibustier français.

Fin 1680, commandant une petite frégate, de deux canons et 40 hommes, il croisait aux côte de Cuba, puis il joignit les capitaines De Graffe, Coxon et Tristan au Panama et participa avec eux à une expédition dans le golfe d'Uraba. Ayant dû abandonner sa frégate à l'île d'Or, il s'embarqua l'année suivante avec un autre flibustier. En août 1682, en compagnie du capitaine Tocard, il pilla San Luis de Tampico. De retour au Petit-Goâve (Saint-Domingue), il donna en octobre 1684 à M. de Beaujeu, de l'expédition La Salle, une carte marine espagnole du golfe du Mexique. En février 1685, il sortit du Petit-Goâve pour aller croiser aux côtes sud de Cuba où il s'empara d'une caïche néerlandaise qui y commerçait, puis il joignit la flotte de Grammont sous les ordres duquel il participa à la prise de Campêche. À la suite de cette expédition, il se sépara de lui et, en compagnie des capitaines Lagarde et Bannister, gagna la côte nord de la Jamaïque. Là, en novembre, à Porto Lucia, il entreprit de caréner son bâtiment, mais celui-ci fut saisi par les hommes de la frégate du roi d'Angleterre The Ruby. Duchesne parvint cependant à se réfugier à terre avec plusieurs des siens, puis il s'embarqua avec Bannister, sur la Golden Fleece et il regagna Saint-Domingue. Sur la plainte du gouverneur Molesworth, de la Jamaïque, il fut déclaré pirate par le sieur de Cussy, gouverneur de Saint-Domingue, mais il parvint à s'échapper avec quatre de ses hommes dans un canot. En 1689, Duchesne, qualifié de pilote de San Augustin (Floride), se trouvait à La Rochelle.

DUGLAS, Jean

Jean DUGLAS : flibustier français originaire du Havre.

En septembre 1662, il acheta à Lisbonne une commission du roi du Portugal pour prendre sur les Espagnols, les Barbaresques et les pirates. Avec son navire Le Saint-Jean, de quatre canons, il croisa d'abord vers les Canaries. En mars 1663, il en appareilla pour les Antilles. Au large de la Martinique, il livra combat à un navire de guerre plus puissant que lui, dont il parvint à s'échapper. Grièvement blessé, il rallia Montserrat où il coula son navire et demeura environ un an. Il passa ensuite à la Jamaïque où il fit reconnaître sa commission portugaise par le gouverneur Lyttleton, lequel l'autorisa à armer un bâtiment. Avec le concours financier du marchand français Jacques Martin, il acheta et arma, à Port Royal, la barque Le Saint-Jean, armée de deux canons, avec environ 25 hommes d'équipage. Au début d'avril 1664, il appareilla de Port Royal puis il se rendit à Bluefield's Bay (toujours à la Jamaïque) à dessein d'y capturer le Blue Dove, un navire marchand anglais croisant avec passeport néerlandais mais armé par Sir William Davidson et quelques marchands juifs résidant à Amsterdam. Début juin, Duglas y capturait le Blue Dove, avec lequel il se rendit à Point Negril où il coula sa barque. Montant dès lors sa prise, il mena celui-ci à Portsmouth (Massachusetts), où il obtint (juillet) la permission de se ravitailler et de vendre les marchandises se trouvant à bord de sa prise. Quelques jours plus, Duglas et ses hommes étaient arrêtés par les autorités coloniales et menés prisonniers à Boston. Leur procès pour piraterie traîna en longueur, et en janvier 1665, Duglas et ses hommes s'étaient enfuis. Le pirate regagna ensuite la Jamaïque, car en 1668, il comptait au nombre des capitaines servant sous les ordres de Henry Morgan lors de la prise de Puerto Belo, à l'occasion de laquelle il commanda probablement la bande de Français demeurés avec le chef anglais après la descente sur Santa María de Puerto Principe, à Cuba. Une lettre qu'il écrivit à un correspondant du Havre et dans laquelle il racontait la descente sur Puerto Belo fut interceptée par les Espagnols qui s'en servirent comme preuve des pirateries des Jamaïquains contre leurs colonies américaines.

DUMANGLE

DUMANGLE : flibustier français.

En 1670, il commandait la barque Le Diable Volant dans la flotte de l'amiral jamaïquain Morgan, sous les ordres duquel il participa à l'expédition de Panama. À la suite de cette entreprise, il pilla (fin 1671), deux bourgs à la côte nord de Cuba, en compagnie de Francis Weatherborn. Dumangle, son associé et plusieurs de leurs gens furent ensuite capturés par le colonel Beeston, commandant la frégate royale Assistance, conduits à Port Royal puis condamnés à être exécutés pour leurs pirateries (fin mars 1672). Cependant les autorités jamaïcaines proposèrent au gouverneur de La Havane de se charger de la sentence, ce qu'il refusa; les Anglais libérèrent alors Dumangle, ses hommes et ceux de son associé anglais par crainte, comme les Espagnols, de représailles de ses camarades de l'île de la Tortue.

DUMAS, le sieur

Jean Jacques DUMAS : officier français (mort à Saint-Domingue, 23 mai 1695).

D'abord capitaine à la Martinique, il passa à Saint-Domingue où il devint lieutenant de roi (1685). En avril 1688, en l'absence du gouverneur Cussy, il accueillit au Petit-Goâve une quarantaine de flibustiers (dont Ravenau de Lussan) revenus du périple de la mer du Sud. En septembre de la même année, il donna une commission au capitaine Jacob Evertsen, apparemment à l'insu de Cussy, action pour laquelle Dumas fut blâmée par le marquis de Seigneley. À la mort de Cussy et de Franquesney en 1691, il assura l'intérim du gouvernement de la colonie. En 1692, le nouveau gouverneur Ducasse le mit en poste à Léogane.

DUMARQUE

DUMARC : flibustier français.

Capitaine prisonnier des Espagnols, il parvint à leur échapper. Il revint à Saint-Domingue vers la fin juin 1687, où il porta la nouvelle que le capitaine Brigaut et sa compagnie, montant une galiote espagnole prise à Campêche par Grammont (1685) avaient été massacrés par les Espagnols de San Augustin en Floride.

DUMESNIL, le sieur

Le sieur du MESNIL de FAUQUEMBERGUE : flibustier français originaire de Normandie.

En 1680, il sert comme lieutenant du sieur de Grammont à bord de la frégate de celui-ci LA Trompeuse lors de l'entreprise de la Guaira; son capitaine l'envoie avec cette frégate traiter des marchandises à Curaçao, où il arriva le 25 juillet de la même année. Commandant une pinque nommée aussi La Trompeuse, armée de 14 canons, avec un équipage de 100 hommes, il appareilla du Petit-Goâve au début de juillet 1684 au sein d'une petite flotte commandée par Grammont qui alla croiser devant La Havane. Vers le mois de septembre, son bâtiment tenant très mal la mer, il fut obligé d'aller l'échouer sur les hauts-fonds de Santa Lucia, à la côte de Cuba. Grammont avait promis à Dumesnil et ses hommes d'aller les y chercher, mais ce furent deux autres capitaines de leur flotte, Bréha et Tocard, qui y allèrent et qui prirent à leur bord les naufragés. Dumesnil rentra à Saint-Domingue en décembre avec l'un ou l'autre de ses sauveteurs. En 1692, un Dumesny commandait une compagnies de soldat au Cap Français. Mais il pourrait s'agir d'un autre Dumesnil, qui fut capitaine de milice dans les Petites Antilles française dans les années 1670 et 1680. En fait, il est aussi possible qu'il ai appartenu à la famille de Jacques Ribault sieur de Lisle (1641-1717), originaire d'Angers, qui serait venu à Saint-Domingue avec Ogeron et dont la famille possédait les terres au Mesnil, dans la paroisse d'Hénouville.

MOULIN

MOULIN : flibustier français, appelé aussi DUMOULIN ou DESMOULINS.

En juillet 1665, il prit la tête des quelque 400 aventuriers de la l'île de la Tortue, qui se rebellèrent contre le gouverneur Ogeron qui voulait obliger les flibustiers à comparaître devant lui pour l'adjudication de leurs prises, mais qui furent vite ramenés à la raison. En 1669, Dumoulin reçut, du même Ogeron, une commission pour faire la guerre aux Espagnols. En 1673, il commandait une petite frégate appartenant à Ogeron. À l'été de cette année-là, il captura captura deux petites frégates de Cuba, sorties en mer à dessein de le prendre et de le conduire à La Havane pour être pendu, lesquelles ils conduisit comme prise à la côte de Saint-Domingue. Au retour de cette course, il compta au nombre des capitaines qu'Ogeron recruta, en octobre de la même année, pour son entreprise de représailles contre Porto Rico. L'année suivante, il prit deux autres frégates cubaines qu'il mena aussi à Saint-Domingue. En 1678, il compta au nombre des capitaines flibustiers que le gouverneur Pouancey réunit pour se joindre à la flotte du comte d'Estrées aux Petites Antilles. À la suite du naufrage d'une partie de cette flotte à l'île d'Avés, il suivit Grammont au lac de Maracaïbo. Après le pillage des établissements espagnols de cet endroit, il rentra au Petit-Goâve au sein de la flotte de Grammont dans les derniers jours de l'année. Au début de 1681, il commandait un petit bâtiment de celle de Jean Tocard lors de l'expédition manqué contre Santiago de Cuba. Le 13 novembre de la même année, il signait au Petit-Goâve, une reconnaissance de dette en faveur du gouverneur Pouaçay pour la somme de 138 pièces de huit

DUNBAR, Patrick

Patrick DUNBAR : marin probablement écossais.

En 1669 ou 1670, il commandait, à la Jamaïque, un petit bâtiment de traite ou de pêche de 25 tonneaux nommé The Adventure. Il en monta ensuite un autre appelé The Prosperous, avec lequel il joignit la flotte de l'amiral Henry Morgan à l'île à Vache à la fin de 1670 et participa sous les ordres de celui-ci à la prise de Panama.

DUPONT, Jean

Jean DUPONT : marin français (mort au Petit-Goâve, 16 juillet 1676).

Capitaine marchand venu commercer à Saint-Domingue, il mouillait à la rade du Petit-Goâve, lors de l'attaque de la flotte de l'amiral hollandais Binckes. Il y périt brûlé avec une vingtaine de ses hommes sur son navire Le Dauphin, armé au Havre.

DUPUIS, Antoine

Antoine DUPUIS : flibustier français originaire de Nantes (probablement mort sur la rivière San Juan, au Nicaragua, septembre 1668).

En 1662, il commandait la pinque La Tortue, appartenant au gouverneur de l'île de la Tortue, le sieur du Rausset, et fit descente à Puerto Principe de Cuba où il captura quelques Espagnols. Il est sûrement ce capitaine français qui, au début de l'année suivante prit une commission du gouverneur de la Jamaïque pour prendre sur les Espagnols et dont le bâtiment était armé de neuf canons, avec 80 hommes d'équipage. En juin 1663, Dupuis se trouvait à l'île de la Tortue où il fut interrogé par des Anglais venus s'informer de la disparition (1653) du prince Maurice de Bavière dans la mer des Antilles. En février 1666, il montait un bateau dans la flotte de l'Olonnais, recevant ensuite de ce dernier le commandement d'une prise espagnole rebaptisée La Poudrière, dont les flibustiers s'étaient rendu maîtres en arrivant à Samana avant de se rendre au lac de Maracaïbo dont ils pillèrent les établissements espagnols. Il accompagna ensuite l'Olonnais dans sa dernière entreprise au Honduras et au Nicaragua (1667-1668), où il trouva vraisemblablement la mort.

Figures de Proue : un dictionnaire biographique de la flibuste

| A | B | C | D | E | F | G | H | I - J - K | L | M | N | O | P - Q | R | S | T | U - V - W | X - Y - Z |

présenté par Le Diable Volant -|- copyright © Raynald Laprise, 2000-2011.