NEVILLE, John

John NEVILLE : flibustier anglais (mort à Mérida, 1680).

À la fin de 1674, ce capitaine jamaïquain croisait sous une commission française pour prendre sur les Espagnols et les Néerlandais délivrée par le gouverneur de Saint-Domingue, le sieur Ogeron. En avril de l'année suivante, il fut l'un des corsaires anglais auxquels l'ancien amiral flibustier Henry Morgan, de retour à la Jamaïque en qualité de gouverneur adjoint, invita à venir liquider leurs prises à Port Royal comme par le passé. Comme flibustier sous commission française, Neville fréquenta surtout les côtes occidentales du Yucatan et le golfe de Campêche. Ainsi, probablement en 1676, il pilla à la seconde tentative la petite cité de Villahermosa, sise sur la rivière Tabasco. En avril 1678, commandant alors un petit bâtiment, il joignit un autre flibustier anglais à la côte de La Havane. Les deux ensemble ayant une centaine d'hommes allèrent ensuite dans la baie de Campêche où ils prirent avec eux environ 80 bûcherons anglais. Et, à l'aube du 10 juillet 1678, ces aventuriers s'emparèrent de la cité portuaire de San Francisco de Campeche, dont ils demeurèrent les maîtres pendant quelque jours, le temps de se rendre maîtres de trois bâtiments et d'emporter quelque 250 esclaves, des vivres et de l'argent comme butin. Neville et son associé rentrèrent à la Jamaïque en octobre. Cependant, dès l'année suivante, Neville retourna dans la baie de Campêche parmi les bûcherons. Lors de l'attaque menée contre les établissements anglais par les Espagnols, Neville, à l'exemple de la majorité les étrangers - bûcherons, flibustiers, marins et marchands - qui se trouvaiet dans la baie de Campêche, dut se réfugier sur l'île de Triste puis sur Beef Island où tous ces aventuriers négocièrent leur reddition. Malgré une clause lui assurant dans le traité conclu avec le général espagnol Felipe de La Barrera assurant à Neville le même traitement qu'aux autres, celui-ci refusa de se rendre et demeura sur Beef Island. Un peu plus tard, les Espagnols vinrent l'y chercher et le menèrent prisonnier à Campêche. De là, il fut envoyé à Mérida, la capitale du Yucatan, où il fut pendu pour sa participation en tant que chef au sac de Campêche deux ans plus tôt.

NICHOLAS, le capitaine Bernard

Bernard CLAESEN, alias SPEIRDYCK : flibustier néerlandais (mort dans la baie de Manzanilla, Cuba, 10 mars 1670), mieux connu en anglais sous le nom de Bernard NICHOLAS.

En juin 1663, commandant la frégate The George, il reçut du gouverneur adjoint de la Jamaïque une commission pour prendre sur les Espagnols par droit de réprésailles; Martin Van Alphan et Nicholas Keene se portèrent alors garants pour lui. En janvier 1664, il s'empara la ville de Santo Tomé de La Guayana, sur l'Orénoque. De retour à la Jamaïque dès mars suivant, il ramena de cette expédition surtout du tabac comme butin. Il repartit ensuite en course et, en décembre, revint à Port Royal avec une prise espagnole, La Sevillana, dont le peu de marchandises qui restaient à bord fut vendu au profit de ses propriétaires légitimes par ordre du nouveau gouverneur Modyford. Il semble ensuite avoir abandonné la flibuste, puisqu'en 1668 il commandait la Mary and Jane, armé par les marchands londoniens Jacob Lucy, Samuel Swynnock et John Bovet, à destination de la Jamaïque pour faire du négoce avec les Espagnols. En février 1669, il repassait en Angleterre d'où il repartait, dès le mois d'août suivant, sur le même navire et avec les mêmes armateurs pour la Jamaïque. Là Nicholas reçut ordre du gouverneur Modyford d'aller porter au gouverneur de Cuba des lettres pour signifier à celui-ci que la paix avait été conclue entre leurs nations respectives. Appareillant de Port Royal au début février 1670, sur la Mary and Jane, Nicholas livra ses lettres au gouverneur de Bayamo (Cuba), mais au retour il fut tué avec au moins deux de ses gens lorsque son navire fut pris par le corsaire espagnol Manuel Rivera Pardal.

NORMAN, Richard

Richard NORMAN : flibustier anglais.

À la fin de 1668, il s'embarqua à Port Royal (Jamaïque) comme contremaître à bord de l'Oxford, sous le commandement du capitaine Collier. Avec celui-ci et quelques autres, il fut l'un des rares survivants de l'équipage de ce vaisseau lors de son explosion à l'île à Vache en janvier 1669. Ce même mois, il fut nommé capitaine du Lily, succédant ainsi à John Aylett qui périt lors de la même tragédie. Au commandement de cette petite frégate de 50 tonneaux, armée de 10 canons, Norman participa ensuite à l'entreprise contre les établissements espagnols du lac de Maracaïbo sous les ordres de l'amiral Morgan. En 1670, ayant 50 hommes à son bord, il suivit encore ce dernier et participa à l'expédition de Panama. Après la prise de Chagres (janvier 1671), Norman, avec le grade de major, fut choisi par Morgan pour commander le fort San Lorenzo avec une garnison de 200 hommes. Au retour de la prise de Panama, il abandonna le Lily aux îles Cayman (août 1671) puis il rallia la Jamaïque à bord d'un autre bâtiment.

Figures de Proue : un dictionnaire biographique de la flibuste

| A | B | C | D | E | F | G | H | I - J - K | L | M | N | O | P - Q | R | S | T | U - V - W | X - Y - Z |

présenté par Le Diable Volant -|- copyright © Raynald Laprise, 2000-2006.