année VII numéro 2 (avril 2007)

Le Diable Volant à tous ceux que les présentes verront, salut.

Figures de Proue

Certains auteurs qui publient des livres sur les corsaires et les pirates avancent des hypothèses si peu vraisemblables que parfois elles en sont farfelues. Ces hypothèses sont évidemment étayées par peu de choses, et ceux qui en font la promotion se gardent bien de dévoiler leurs sources, car ils savent sans doute qu'elles ne résisteraient pas à une analyse sérieuse. Elles sont ensuite reprises par d'autres auteurs, qui leur donnent le statut de faits avérés qu'elles n'ont pas, puis elles se retrouvent sur internet, dans des encyclopédies, des articles, des analyses et autres textes. L'une d'entre elles que nous avons relevée chez des auteurs de langue anglais voudrait que le flibustier hollandais Laurens De Graffe était un noir africain, ou à tout le moins un mulâtre. Sur la foi de documents d'archives, provenant de sources multiples, nous rétablissons les faits dans le texte Les débuts de la carrière de Laurens De Graffe (1674-1679), qui peut être consulté à l'adresse suivante : http://www.oricom.ca/yarl/degraffe1.html; accessoirement, nous avons revu et corrigé la page des entrées biographiques D (http://www.oricom.ca/yarl/D/D.html).

Pendant que nous sommes sur le sujet des publications, nous tenons à rappeler que ces pages, et les textes qu'ils contiennent, sont sous copyright de leurs auteurs respectifs. Pour ceux qui ignorent encore ce que signifient les mots «droits d'auteurs» ou son équivalent anglais «copyright», nous les invitons à consulter l'entrée Droits d'auteurs de l'encyclopédie libre Wikipedia. C'est particulièrement choquant de constater qu'une personne a littéralement «copié/collé» vos textes pour les insérer dans son site ou son blogue. Et cela l'est d'autant plus frustrant lorsqu'un site comme le Diable Volant propose gratuitement un contenu inédit, fruit d'un travail ardu, incluant la rédaction, l'analyse et la synthèse de documents d'archives en trois langues ainsi que la recherche de ces documents. En voici d'ailleurs un exemple. Il y a quelques années, nous avions mis sur le Diable Volant un banal lien vers un autre site où se trouvait la transcription des manuscrits du pilote flibustier Cowley, qui était l'une des sources de l'un de nos textes. Nous nous sommes fait qualifier de voleur par le webmestre de cet autre site! Il nous a fait valoir que le lien mis dans nos pages vers l'une des siennes sans mentionner qu'il conduisait à son site pouvait laisser croire à un internaute que sa page faisait partie du Diable Volant. Nous avons reconnu puis corrigé notre erreur. Le cas est pour ainsi dire extrême, mais cela montre à quel point il faut respecter les droits d'auteur des textes qui se trouvent sur internet. Il est trop facile, comme nous l'avons récemment constaté, de pirater littéralement des textes en totalité, de les insérer dans un blog sans aucune mention de leur origine ou de leur auteur, hormis un surnom du propriétaire du blogue, laissant croire qu'il en est peut-être l'auteur. Nous n'avons jusqu'ici refusé à personne la permission de reprendre certains de nos textes lorsque la demande nous en a été faite, à condition que nos droits d'auteurs soient respectés. Alors, l'avis est donné, demandez avant de prendre comme un voleur.

Histoire de la flibuste

Au XVIIe siècle, les Espagnols comme les Français, les Néerlandais et les Anglais avaient leurs propres écumeurs des mers qui rôdaient dans le golfe du Mexique et la mer des Antilles. Si en proportion de la population hispanique des Amériques, ils étaient beaucoup moins nombreux que chez les autres nations, ces flibustiers n'en étaient pas moins efficaces. Leurs faits d'armes ont été occultés par les exploits plus retentissants des flibustiers anglais, français et néerlandais. Il est vrai que, contrairement à ces derniers, ils n'avaient pas de riches villes à piller, mais ils pouvaient porter de durs coups à leurs ennemis et se révéler aussi cruels que les autres. Il y aura 320 ans en août, une centaine de ces flibustiers espagnols attaquaient le Petit-Goâve, l'un des principaux ports de la colonie française de Saint-Domingue. C'est le sujet d'un nouvelle page, quelque peu méconnue, de l'histoire de la flibuste, que nous retraçons dans L'attaque espagnole contre le Petit-Goâve en 1687, qui peut être consulté à cette adresse : http://www.geocities.com/trebutor/Livre/3F/0704petigoave87.html.

Nous avons reçu...

Mikhaïl W. Ramseier. La voile noire: L'incroyable aventure des pirates et flibustiers. Paris: Favre, 2006. 332 pp.

D'ascendance russe, né en Suisse et maintenant établi dans l'île Margarita (Venezuela), l'auteur nous propose un très bonne synthèse de la piraterie, et sans prétention aucune. D'une lecture facile, ce livre plaira au néophyte qui rebute devant des ouvrages trop spécialisés, et ceux, qui comme nous, ont approfondi le sujet prendront plaisir à le découvrir. L'auteur peut être rejoint via www.lavoilenoire.com, son site web consacré aux pirates et flibustiers.

Avis permanents du Diable Volant

Avis est donné aux webmestres des autres sites que nous ne répondons pas aux demandes d'échange de liens qui nous seront adressées. Nous n'avons jamais sollicité qui que soit pour faire la promotion de ce site; et ceux qui ont pu en faire la promotion, l'on fait de leur propre chef, sans aucune demande de notre part. Ainsi, nous nous attendons à ce que l'on ne nous sollicite pas pour faire la promotion des autres sites. Merci à l'avance de votre compréhension.

* * *

Avis est donné que les pages du Diable Volant utiliseront désormais des feuilles de style (Cascading Style Sheets, CSS1). Ceci s'appliquera tant aux nouvelles pages qu'à celles qui seront modifiées ultérieurement. Les pages ainsi formatées ont été testées avec Netscape 7.02 et Internet Explorer 5.1.7 (versions Macintosh). Si, sous d'autres plates-formes ou avec d'autres navigateurs, le résultat est «catastrophique», s'il vous plaît, nous en faire part.

Le Diable Volant : La Gazette de la Flibuste : année VII no. 2 (avril 2007)